Alimentation et prise de médicaments dans le cockpit

FOCA SAND-2007-002

Motif

Il ressort des rapports d'enquête sur les accidents d'aviation publiés en Suisse et à l'étranger que les équipages ne prêtent pas toujours l'attention voulue à une alimentation et à une hydratation correctes (le danger guette surtout les pilotes de planeur qui effectuent des longs vols dans un habitacle surchauffé). Les rapports d'accident montrent également que des pilotes prennent souvent (à l'insu de leur médecin-conseil) un médicament contreindiqué pour le pilotage.

Unapport insuffisant de liquide peut entraîner la déshydratation de l'organisme et une sous-alimentation de l'hypoglycémie. Déshydratation et hypoglycémie amoindrissent les capacités physi-ques et sont susceptibles de provoquer nausées, sensations de vertige, troubles de la vue, fatigue, accélération du pouls, maux de tête et problèmes de concentration. Quant aux médicaments, si leurs effets secondaires ne représentent aucune gêne dans la vie de tous les jours, ils peuvent s'avérer moins inoffensifs en vol.

Recommandation

La sensation de soif n'étant bien souvent pas un indicateur fiable, il faut veiller à s'hydrater en abon-dance avant le service de vol. Durant le vol, il faudrait absorber 2 dl de liquide par heure, peu importe la nature du liquide étant entendu qu'il ne saurait être question d'ingurgiter de l'alcool. Précisons cependant que les boissons gazeuses (qui provoquent des ballonnements) ou les jus concentrés sont moins indiqués. Le café, s'il augmente de manière passagère l'attention,
a également un effet diurétique qui favorise la perte de liquide.


L'hypoglycémie due à une alimentation insuffisante peut avoir des conséquences analogues à la déshydratation. En guise de ration de secours, il est donc recommandé d'emporter dans le bagage d'équipage une barre au chocolat ou aux fruits pour surmonter les moments de fringale.

Rappelonsque toute prise de médicament est en principe proscrite durant l'activité de vol, sauf en accord avec le médecin-conseil (AME). Les pilotes sous-estiment souvent le fait que les médicaments peuvent avoir des effets combinés et que des effets secondaires anodins en temps normal peuvent avoir d'autres conséquences en vol.

Le présent document ne préjuge en rien des éventuelles révisions et publications ultérieures relatives à ce problème

https://www.bazl.admin.ch/content/bazl/fr/home/experts/gestion-de-la-securite-et-des-risques/safety-promotion/recommandations--sand-/absorption-de-liquide-et-alimentation-dans-le-cockpit-et-prise-d.html