Contamination du carburant d’aviation à l’urée

FOCA SAND 2021-003

Problématique

Dans le domaine aéronautique, une qualité irréprochable du carburant aéronautique est primordiale pour les aéronefs afin d’éviter toute fluctuation de régime du moteur, voire dans certains cas un arrêt de ce dernier qui pourrait entraîner des conséquences désastreuses.

Avant de parvenir dans le(s) réservoir(s) d’un aéronef, le carburant aéronautique transite en général par différents lieux de stockage et parcourt de nombreux kilomètres, de la raffinerie jusqu’au moteur de l’appareil. Durant ce périple, il sera régulièrement soumis à des contrôles (visuels, physiques ou chimiques) et filtré pour déceler le plus tôt possible toute impureté. Le cas échéant, les filtres retiendront en grande partie les impuretés afin de garantir la qualité du carburant.

En général, la contamination du carburant est due à la présence de petites particules solides et/ou à la présence d’eau provenant de la condensation à l’intérieur de réservoirs de stockage soumis à des variations de température. Il est néanmoins possible que l’eau soit présente sous forme d’un mélange soluble avec une autre substance. Dans un tel cas, les filtres usuels de la station d’avitaillement ne parviennent pas à retenir le 100% d’un mélange soluble, ce qui se traduit par une contamination en aval, dans les réservoirs des aéronefs.

En été 2020, des cristaux d’urée ont été constatés sur le filtre installé pour l’AvGas 100LL de la station d’avitaillement de l’aérodrome d’Ecuvillens (LSGE). De tels cristaux ont également été retrouvés au fond des réservoirs de certains aéronefs basés, ce qui indique que la contamination a passé au travers du filtre sous forme liquide et que les cristaux se sont formés dans un second temps. Un nettoyage approfondi des installations d’avitaillement et de la plupart des aéronefs impliqués a été effectué immédiatement à la suite de cet incident avant de les remettre en service.

Figure 1 Deux exemples de cristaux d’urée trouvés sur le filtre et au fond d’un réservoir d’aéronef.

Les aéronefs fonctionnant à l’AvGas 100LL (moteur à piston) sont tous équipés d’un filtre à carburant et par conséquent, de l’urée ou tout autre substance sous forme solide dans le réservoir ne devrait pas pouvoir transiter jusqu’au moteur. Lorsque le filtre commence à se boucher, le pilote reçoit en principe cette information dans le cockpit (témoin lumineux ou autre). Dans l’hypothèse où un filtre serait complétement bouché, par exemple par une trop grande quantité de cristaux d’urée, un bypass peut s’activer automatiquement sur la quasi-totalité des aéronefs pour permettre au moteur de continuer à être alimenté, à défaut, avec le carburant contaminé.

A ce jour, aucun incident lié à cette contamination n'a été signalé en Suisse.

Origine de la contamination

L’origine de cette contamination à l’urée n’est pour l’heure pas encore connue même si plusieurs pistes sont étudiées. Le filtre pour l’AvGas 100LL de la station d’avitaillement était conforme aux exigences aéronautiques et par conséquent, les cristaux d’urée en aval du filtre se sont très certainement formés après le passage dans le filtre, probablement en raison de l’évaporation lente du mélange liquide (eau et urée) à l’intérieur du réservoir des aéronefs.

L’origine inconnue et le type peu commun de cette contamination motive particulièrement la publication de ce SAND à titre informatif. Dans le cas présent, seul le carburant de type AvGas 100LL a été touché.

L’urée est une substance qui est notamment présente dans l’urine mais également dans un additif pour le diesel employé pour réduire les émissions de NOx dans les moteurs de certains véhicules (AdBlue). L’urée est aussi utilisée dans les opérations de raffinage du pétrole.

Mesures

Le nettoyage des installations d’avitaillement et des réservoirs des aéronefs basés a été effectué immédiatement après la découverte de la contamination. De plus, les pilotes des aéronefs non-basés s’étant avitaillés à cette période à la station d’avitaillement contaminée ont été, pour la quasi-majorité, contactés pour les rendre attentifs à cette problématique. Plusieurs aéronefs n’ont pas été retrouvés à ce jour.

A noter qu'il est fort probable que les avions basés aient été les plus contaminés en raison des avitaillements plus nombreux et réguliers à la station locale.

Le fournisseur de carburant a été informé de la contamination. L’origine de la contamination reste inconnue.

A titre préventif, il est important de sensibiliser le monde aéronautique à cette problématique particulière afin de pouvoir détecter suffisamment tôt toute éventuelle nouvelle contamination et tenter d’en identifier l’origine.

Par acquit de conscience et pour la prochaine révision technique de son aéronef, tout pilote s’étant avitaillé en AvGas 100LL à l’aérodrome d’Ecuvillens, entre le 25 octobre 2019 et le 17 septembre 2020, devrait rendre l’atelier de maintenance attentif à une possible contamination au fond des réservoirs et au niveau des filtres. En cas de découverte de cristaux, l’OFAC doit être informé via les canaux usuels (Occurrence Reporting).

Autres sources d'information

  • FAA, SAIB HQ-18-28, Engine Fuel and Control – Operation with Contaminated Jet Fuel, 13.9.2018 ;
  • FAA, SAFO 18015, Jet Fuel Contaminated with Diesel Exhaust Fluid (DEF), 13.11.2018 ;
  • NTSB, Safety Alert 079, Fuel Providers: Prevent DEF – Jet Fuel Contamination, 6.2019.

Contact spécialisé
Dernière modification 25.11.2021

Début de la page

Contact

Division Sécurité des infrastructures

Division Sécurité des infrastructures

Section Aérodromes et obstacles à la navigation aérienne (SIAP)

Pascal Waldner

E-Mail

Imprimer contact

https://www.bazl.admin.ch/content/bazl/fr/home/experts/gestion-de-la-securite-et-des-risques/safety-promotion/recommandations--sand-/foca_sand_2021_003.html