Impact du transport aérien sur le climat

© OFAC

Quel est l’impact du trafic aérien sur le climat ? Quelle est la part des émissions dues au trafic aérien par rapport aux autres sources de pollution? Que rejette exactement un réacteur d’avion dans l’atmosphère ? Quelle est la part de la Suisse dans le niveau mondial des émissions du trafic aérien ? Que peut-on faire pour diminuer l’impact du trafic aérien sur l’environnement ? Ce sont là quelques-unes des questions qui seront abordées ci-dessous.

En 2009, l’Association du transport aérien international (IATA), qui représente le secteur aérien mondial, s’est donnée pour objectif de réduire de moitié à l’horizon 2050 les émissions de CO2 du transport aérien par rapport au niveau de 2005. Depuis, plusieurs pistes ont été présentées sur la manière d’atteindre, voire de dépasser cet objectif.
L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a de son côté adopté en 2016 une stratégie visant une amélioration annuelle moyenne du rendement du carburant de 2 % d’ici 2050, ainsi qu’une croissance neutre en carbone à partir de 2020. Des objectifs encore plus ambitieux sont en préparation.
Le rapport « Waypoint 2050 » de l’Air Transport Action Group (ATAG) a esquissé trois axes de réduction des émissions mondiales de CO2 du transport aérien susceptibles d’aboutir à la neutralité carbone à l’horizon 2065.
Début 2021, des représentants des compagnies aériennes, aéroports, avionneurs et organismes du contrôle aérien européens ont annoncé une stratégie encore plus ambitieuse baptisée « Destination 2050 » qui vise la neutralité carbone d’ici 2050, ce pour tous les vols au départ de l’Europe (UE, AELE, R.-U.).
Les représentants du secteur aérien suisse (Aerosuisse, Swiss, easyJet, les aéroports de Zurich, Genève et Bâle, Swiss Business Aviation Association) ne sont pas en reste puisqu’ils souhaitent aussi parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050. Par ailleurs, une feuille de route vers une aviation durable a été élaborée.

Combustibles renouvelables

Sans progrès technique massif à long terme, le kérosène et les carburant similaires continueront à être nécessaires pour exploiter les gros avions commerciaux. En raison de cela, la clé du vol décarboné réside dans la production décarbonée de carburants.

 

Informations complémentaires

https://www.bazl.admin.ch/content/bazl/fr/home/politique/environnement/aviation-et-rechauffement-climatique.html