Mesures opérationnelles et renouvellement des flottes

Sur le plan technique, l'accent est mis sur l'amélioration de la conception des avions et surtout sur le rendement des réacteurs. La consommation par les passagers-kilomètres a considérablement reculé depuis les années 60. 
Au niveau opérationnel, la Suisse participe à un projet visant à établir des routes plus directes dans le ciel de l'Europe centrale entre les différents aéroports.

De nos jours, le carburant se consume pratiquement sans laisser de résidus et son pouvoir énergétique est bien mieux exploité que par le passé. Il en résulte une diminution des rejets de CO2 qui va toutefois de pair avec une augmentation des rejets d'oxydes d'azote. Ces substances sont en effet produites pour ainsi dire automatiquement dans les réacteurs à partir de particules d'air, des suites d'une réaction physique. L'industrie met cependant en œuvre d'importants moyens financiers et techniques pour diminuer les émissions de CO2, d'oxydes d'azote et les poussières fines.

Des trajets raccourcis sont synonymes d'économies de carburant et donc de réduction de la pollution. L'industrie améliore également ses procédures afin de diminuer sa consommation de carburant (et ses coûts). A l'aéroport de Zurich, par exemple, les avions quittent leur emplacement seulement quand la piste est libre, à la différence d'autres aéroports qui voient se former des files d'attente en bout de piste.

Informations complémentaires

https://www.bazl.admin.ch/content/bazl/fr/home/politique/environnement/aviation-et-rechauffement-climatique/massnahmen-zur-schadstoffreduktion/operationelle-massnahmen.html